LINGUIST List 33.149

Tue Jan 18 2022

Calls: Language Acquisition/France

Editor for this issue: Everett Green <everettlinguistlist.org>



Date: 11-Jan-2022
From: Emmanuella Annan <Emmanuella.Annanuniv-nantes.fr>
Subject: Acquisition et contexte d’acquisition d’une seconde langue : Le séjour à l’étranger a-t-il un impact sur l’expression de la modalité chez l’apprenant.e ?
E-mail this message to a friend

Full Title: Acquisition et contexte d’acquisition d’une seconde langue : Le séjour à l’étranger a-t-il un impact sur l’expression de la modalité chez l’apprenant.e ?

Date: 09-May-2022 - 09-May-2022
Location: Nantes, France
Contact Person: Catherine Collin
Meeting Email: < click here to access email >

Linguistic Field(s): Language Acquisition

Call Deadline: 15-Feb-2022

Meeting Description:

Une journée d'étude sur les recherches de séjour à l'étranger

Appel à communications :

Avec l’accroissement des programmes d’échange Erasmus (ou Erasmus +), un nombre de plus en plus important d’étudiant.e.s choisissent de valider une partie de leur contrat d’études à l’étranger. Cette première journée d’étude à Nantes sur l’impact du séjour à l’étranger observera tout particulièrement les apprenant.e.s de L2 qui consacrent un semestre ou deux à étudier à l’étranger.
Les recherches sur l’acquisition d’une L2 ont pour tradition de distinguer les contextes naturels d’acquisition et les contextes institutionnels. Le séjour à l’étranger (SE) est tenu pour contexte naturel puisque les apprenant.e.s sont considérés en situation d’immersion illimitée dans la langue cible, à la différence du contexte d’institution où la classe fixe les limites de l’exposition à la langue d’apprentissage.
Si l’on considère le SE comme le moyen d’étudier d’une langue dans un pays cible pendant une durée donnée, on observe que les contours et les conditions d’apprentissage lors d’un SE sont variables. Les recherches consacrées à l’acquisition grammaticale chez les apprenant.e.s (Collentine, 2004 ; Howard, 2018 notamment) montrent que cet apprentissage lors d’un SE est moins développé comparativement aux compétences lexicales, socio-linguistiques ou pragmatiques.
Ancrée depuis longtemps dans l’histoire de l’éducation, l’expérience du SE a donné lieu à de nombreuses études dès les années 1990, (entre autres, DeKeyser 1991 ; Freed, 1995, Lafford, 1995), traditionnellement réputée fournir les meilleures conditions pour l’apprentissage des langues. Les études plus récentes tendent à nuancer cette affirmation, notamment pour ce qui concernent les compétences orales et grammaticales (Collentine, 2004 ; Howard, 2018).
Cette première journée d’études à Nantes sur les effets du SE sera consacrée plus spécifiquement sur les moyens d’observer l’expression de la modalité, en orientant le propos sur les questions suivantes :
Dans quelle mesure peut-on observer les effets de l’exposition à la L2 ?
L’apprentissage de l’expression de la modalité est-il impacté par le SE ?
Nous réserverons le terme modalité pour décrire les phénomènes suivants :
- les auxiliaires de modalité verbale,
- les formes periphrastiques et fléchies de l’expression de la modalité,
- les formes d’hypothétique, de conditionnel,
- les contextes d’emploi induit (concordance, emploi du subjonctif).
Les recherches empiriques sur corpus ainsi que les études qualitatives sont les bienvenues. Les questions suivantes peuvent venir en appui :
- Quels sont les effets d’un SE sur l’expression de la modalité, et dans quelle mesure peut-on les comparer à un contexte d’apprentissage différent ?
- Sur la base des différents SE proposés (programmes, types de cours et modes d’évaluation, rôle des encadrant.e.s), peut-on considérer des critères permettant de comparer son impact ?
- Peut-on mesurer le rôle des connaissances métalinguistiques ? Peuvent-elles nous aider à comprendre les phénomènes d’apprentissage d’une langue (L1 ou L2) ?
- Les études fondées sur les nouvelles technologies (eye-tracking, etc) peuvent-elles aider à comprendre les phénomènes d’acquisition ?
Les études portant sur l’acquisition des langues dans leur variété seront les bienvenues. Les propositions de communication fondées sur des exemples issus de recueils de données authentiques auront la priorité sur celles portant exclusivement sur des méthodes indirectes de données (de type questionnaires).

Informations pratiques
Les résumés envoyés à catherine.collinuniv-nantes.fr en français ou en anglais seront limités à une page A4, police Times New Roman, 12pt, interligne simple. Les références bibliographiques, tableaux et schémas ainsi que les exemples seront portés sur une seconde page.

Date limite de soumission : 15 février 2022
Date d’acceptation ou de refus : 22 février 2022




Page Updated: 18-Jan-2022